Focus sur le VII ème,

11/05/2012

De Kiraly à Dob utca

 

Le VII arrondissement est un quartier de Budapest très chargé d’histoire : c’était (et ça l’est toujours) le quartier juif de Budapest. Un quartier qui est toujours en cours de rénovation et où les fameux « ruin bar » de Budapest pullulent ! Un quartier jeune et en mouvement, peut-être même un peu « bobo ». c’est pourquoi nous allons découvrir beaucoup de boutiques de créateurs de mode, design...Avis aux parents de « grands » ados : ils vont adorer ! Mais rassurez-vous : vous aussi aller trouver à n’en pas douter votre bonheur !!!

Je vous propose pour cette découverte de nous concentrer sur le triangle formé par Kiraly et Dob utca. Kiraly étant une rue très commerçante tandis que Dob utca est plus « underground ». Nous ferons un détour par Anker köz, Madach Imre ut et Rumbach Sebestyen utca où quelques pépites nous attendent…

Une fois n’est pas coutume, empruntons Kiraly utca depuis Erzsebet korut. Sur votre droite, dans un très beau bâtiment Sécession, l’Académie de musique Liszt Ferenc : dès que les travaux de rénovation seront achevés (pas avant mars 2013) je ne saurais que trop vous conseiller de la visiter et même d’assister à un des nombreux concerts qui y sont donnés. Son hall est magnifique et, avis aux amateurs, elle possède le plus grand orgue de Hongrie. Pour rester dans le thème musical, vous trouverez en face l’atelier boutique du célèbre luthier Pal Racz (qui est tout de même Gold Laurate Violinmaker Master) : Paganini Music Mühely au n°59b. A voir, notamment pour ses pièces uniques. A côté, pour illustrer l’éclectisme des boutiques budapestoises, ne manquez pas de jeter un œil au minuscule magasin du n°59a Fehernemü Fürdöruha : vous y verrez d’improbables bonnets de bain qui vous mettront dans l’ambiance vintage de ce quartier ! Pour vous mesdames (et pourquoi pas messieurs…) aux doigts de fée, à noter au n°54, un des plus grands magasins Röltex de Budapest. Pour ceux qui ne connaissent pas cette marque, il s’agit de mercerie. Je n’en dirai pas plus, mes compétences étant très limitées dans ce domaine… Arrêtez-vous un instant face au n°47 afin d’admirer ce bâtiment du plus pur style néo-gothique qui vient d’être ravalé. N’hésitez pas à entrer dans la boutique du rez-de-chaussée, Spirit Home, afin d’admirer les voutes du plafond, à défaut d’apprécier le mobilier proposé…bien que quelques pièces soient intéressantes. Vous entrez maintenant dans la partie réaménagée de Kiraly utca. Et là, au n°48, se trouve un trésor pour tous nos ados : The Lab. Vous y trouverez la parfaite panoplie du skateur en herbe avec des marques telles que Vans, Oakley, Eastpak, Etnies, DC… Après cette plongée dans ce monde parallèle, et si vous voulez retrouver vos sensations estudiantines, deux lieux de perditions : le Patent 46 et le Kuplung (un ruin bar très sympa) au n°46. Mais pas avant 20h…bien que le Patent soit également ouvert en jourrnée. Si l’ambiance trop festive vous effraie, vous pouvez tester un nouveau (et oui, un de plus) bar à vins au n°42 : le Kadarka, du nom d’un cépage typiquement hongrois. L’endroit est trendy et on y trouve du jambon à la coupe pour accompagner tous ces breuvages essentiellement hongrois. Mais n’abusons pas, nous ne sommes qu’au tiers de notre parcours !!! Après avoir équipé vos enfants, deux boutiques s’offrent à vous mesdames : Latomas au n°39 et Gardrob au n°42. Latomas est tenue par une jeune française qui dessine ses modèles de vêtements et accessoires (deux autres boutiques existent côté Pest), tandis que Gardrob est une petite boutique « seconde main » ,où vêtements et accessoires, de marques, sont réellement sélectionnés. Un service de dépôt vente est également proposé. Pour toutes celles qui aiment fouiner ! Envie de faire une pause ? Arrêtez-vous un instant dans le mini poumon vert de la rue : le parc qui se situe à l’angle de Kazinczy utca. Levez les yeux et vous découvrirez une fresque peinte par un collectif d’artistes sur tout un mur: des montgolfières dans Pest ! Assez inhabituel pour être remarqué. Nous entrons maintenant dans la partie de la rue principalement consacrée à la déco. Un incontournable pour tous ceux qui affectionnent le mobilier « balinais » ou indonésien : Goa Home au n°19. Vous y trouverez, entre autres, des suspensions monumentales, parfaites pour les hauteurs sous plafond de nos appartements pestois, mais aussi des objets de décoration de la marque « Sia ». Pour ceux qui préfèreraient le design italien, allez directement chez VAM Design Center au n°30. Il s’agit d’un vaste showroom/galerie/musée consacré au design contemporain. Les prix sont à la hauteur des objets et mobilier présentés… Dans un tout autre style (beaucoup plus classique), et si vous êtes à la recherche de tissus d’ameublement vous pouvez vous rendre chez Concept Store Enterior au n°13. Envie de fleurs ? Vous remarquerez sans doute beaucoup de fleuristes dans cette rue, mais le plus beau est sans conteste Arioso au n°9. Si vous voulez vous offrir un beau bouquet ou un très joli vase, rendez-vous sans hésiter à cette adresse. Dans la partie dédiée à la décoration une jolie surprise vous attend : vous pouvez prendre un café accompagné de quelques douceurs dans le calme d’une rafraichissante cour intérieure (à réserver aux beaux jours…). Quant aux amateurs de thé, ils ne sont pas oubliés avec le café Mozaik au n°18. Un endroit assez insolite au décor arabisant. Pendant longtemps on pouvait même y fumer le narguilé…

Nous voilà maintenant quasiment arrivés au bout de la rue Kiraly. Mais un détour par Anker köz s’impose. Cette ruelle tient son nom du monumental bâtiment, Anker Haz, qui trône au bout de Kiraly utca avec ses deux tours et son toit en pyramide et dont vous prendrez toute la mesure si vous l’observez depuis Déak ter. En fait, ce bâtiment tant décrié lors de sa construction en 1907, fut érigé par Ignac Alpar pour le compte de la société d’assurance « Anker Life and Pension Insurance Companie ». Ce fut le premier grand bâtiment voué à l’habitat à Budapest. C’est toujours un immeuble d’habitation, mais le rez de chaussée est maintenant agité par le Anker Klub : un mélange de bar / club / galerie / restaurant dans un style indus avec une clientèle plutôt estudiantine. Mais le point fort de cette ruelle est sans conteste la boutique Retrock : un lieu branché où vous trouverez des vêtements et accessoires vintage dans leur jus ou customisés, pour hommes et femmes. A côté, une curiosité : Bolha Palota. Une boutique type marché aux puces où le meilleur (des Ray-Ban vintage) côtoit le pire (une vitrine entière consacrée au nazisme)…Après ce retour vers le passé, empruntez Rumbach Sebestyen utca. Mais faisons d’abord un petit crochet par Madach Imre ut où deux nations lointaines, l’Australie et le Japon sont dignement représentées côte à côte au n°3. My Little Melbourne d’abord, un délicieux petit café pour les nostalgiques de l’accent australien. Muramoto ensuite, véritable parenthèse japonaise dans Budapest. A recommander à tous les afficionados de thé japonais (vous trouverez là du vrai thé matcha conservé au frais). Un petit coin de Japon en plein Budapest avec porcelaine, boites bento et même socques et chaussettes (les fameuses à deux doigts !) A noter : ils viennent d’ouvrir un salon de thé près de la Basilique.Après ce dépaysement momentané, revenons sur Rumbach Sebestyen utca. Ne manquez pas la visite de la synagogue d’inspiration mauresque au n°11. Elle fut construite en 1872, lors de la scission entre les différentes communautés juives, par Otto Wagner, célèbre architecte sécessioniste. Et à quelques pas de là, mon coup de cœur : une galerie/atelier/café, le Printa, au n°10. Idéal pour découvrir des lithographies très graphiques, des vêtements et des accessoires de designers locaux tout en dégustant un café estampillé commerce équitable. Vous pourrez même y prendre des cours d’impression sur textile ou papier ! Un endroit comme on aimerait en trouver plus…

Après ce petit joyau, direction Dob utca. Notre œil est tout de suite attiré par une étrange sculpture : il s’agit en fait d’un hommage au consul suisse Carl Lutz, « juste parmi les nations », qui sauva des milliers de juifs des griffes des nazis en leur fournissant de faux papiers. L’Histoire est très présente dans ce quartier. Le Gozsdu udvar en est l’illustration. Il s’agit d’un ensemble d’immeubles traversé par un passage qui part du n°16 et qui rejoint Kiraly utca. A l’origine Gozsdu udvar a été construit en 1902 grâce aux fonds d’un mécène roumain Emanuil Gojdu. Ce lieu était destiné à loger des étudiants de la minorité roumaine. Lors de la seconde guerre mondiale il est devenu le cœur du ghetto juif. Puis a été plus ou moins abandonné avant d’être récemment réhabilité. Il est maintenant constitué d’une multitude de cafés et de restaurants. Un marché de designers s’y tient le dimanche entre mars et octobre  et le lieu s’anime particulièrement lors des fêtes juives. Vos enfants pourront même participer à des ateliers de  peinture sur plâtre à Gipszkorszak (et pas uniquement les dimanches). Mais revenons sur Dob utca. Au n°18 un ruin bar : le Lokal avec une cour extérieure pour les beaux jours. Sur le trottoir d’en face, une institution au n°15 le Spinoza : un café/restaurant/théâtre/concert. Avec notamment des concerts de musique ashkénazes, pour les initiés. Autre lieu incontournable pour tous les amateurs de bons vins, et je sais que vous êtes nombreux, le Doblo au n°20. Un cadre cosy dans un esprit brocante, un accueil très chaleureux, et une bonne sélection de vins. A tester ! Si vous y rentrez, peut-être remarquerez-vous de très jolies lampes fort originales. Ne cherchez pas la créatrice, sa boutique est à côté. Il s’agit de MLamp au n°25. Cette jeune artiste est capable de faire des lampes avec n’importe quel objet de récupération, que ce soient des tasses ou des jouets en plastique en passant par des boites de bonbons ! Et c’est réussi… Plus loin, au n°25 se trouve la synagogue orthodoxe construite en 1912 qui abrite une école mais également un restaurant très typique.  Vous voilà maintenant au niveau de Klauzal ter, une agréable place arborée qui était initialement le centre du quartier juif. Le marché du quartier se situait dans les grandes halles aujourd’hui occupée par un Spar, mais dont on peut toujours apprécier l’architecture.

Notre immersion underground s’achève ici, mais afin que le retour chez vous ne soit moins rude, je vous conseille vivement de faire une halte au Spa art déco de l’hôtel Corinthia qui se situe sur Erzsebet körut au n°43-49. Rien de tel pour se relaxer. Et pourquoi pas s’installer dans leur restaurant, le Bistro Bock ? Réservation conseillée…  Idéal pour conclure cette ballade.

 

Virginie Adoue Méchin

Please reload

Catégories
Please reload

Recherche par mot clé
 
Please reload

Posts Récents
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous